Luxueux pied-à-terre "Art Home" à quelques pas du Café de Flore

Saint-Germain-des-Prés, PARIS 7e - 186 m2


Luxueux pied-à-terre "Art Home" à quelques pas du Café de Flore

SAINT-GERMAIN-DES-PRES - RUE DES SAINTS-PERES Au coeur de Saint-Germain des Prés, à quelques pas du Café de Flore, des Deux Magots et de la Brasserie Lipp, au troisième étage avec ascenseur d'un très élégant immeuble haussmannien avec gardien, un appartement vendu meublé de 186 m2, entièrement et luxueusement rénové et décoré par le décorateur d'intérieur de renommée internationale, Gérard Faivre. Offrant une décoration contemporaine raffinée tout en ayant conservé le charme du classique, ce bien d'exception pensé dans les moindres détails et « prêt à être habité » est une réalisation unique « Art Home ». Bénéficiant de généreux volumes et d'un remarquable plan, il est composé d'une entrée, un vaste salon de réception/salle à manger, un deuxième salon, deux grandes suites, chacune avec salle-de-bains et dressing. Grandes marques internationales et pièces design vintage signées constituent le décor unique de l'endroit imaginé par Gérard Faivre. Des oeuvres d'art d'artistes contemporains, contribuant à la magie du lieu, sont proposées à l'achat sur demande. Sonorisation, système de sécurité, domotique, climatisation. Pour parfaire le confort de l'endroit, un service de conciergerie est offert pendant un an. Une chambre de service aménagée de 10 m2 est en plus

Honoraires à la charge du vendeur


Quartier Saint-Germain des Prés

Comme il fait rêver, ce nom ! Pour beaucoup, il est l’image, l’esprit même de Paris. Paris des artistes, venus étudier dans la majestueuse école des Beaux Arts ; Paris des écrivains, venus trinquer en terrasse du Flore et des Deux Magots ; Paris des fêtards, venus s’enfoncer jadis au Tabou et aujourd’hui au Montana ; Paris des amoureux venus s’embrasser sur la si romantique place Fürstenberg… Au vrai, tous les Paris sont ici, et c’est à qui choisira le sien.

Sur l’ancien enclos de l’arrogante abbaye de St Germain des Prés s’est mise en place une géographie intime, qui n’en finit pas d’émerveiller. De part et d’autre de la belle tranchée du Boulevard Saint Germain se niche une boîte aux trésors. Et l’on ne sait plus où donner de la tête, car tout est beau.

Est-il plus belle vue de Paris que l’Institut de France ouvrant sur le Pont de Arts et le Louvre ?  Est-il plus charmante halte que celle de l’atelier de Delacroix, dans le creux de la Place Fürstenberg ? Est-il rue plus étroite et plus douce que la rue Visconti, ou mourut Racine ? Est-il hôtel plus irrésistible que celui de la rue des Beaux Arts, cher à Wilde et Borges ? Est-il plus beau bâtiment néo-classique que l’intimidante Monnaie de Paris ? Et puis ces quais, inondés de soleil et d’histoire, qui tutoient le Vert Galant et le Louvre depuis les nuit ses temps.

Au vrai, Saint-Germain-des-Prés n’est pas un quartier, c’est un état d’esprit.

 

La vie du quartier :

Il y en a ici pour tous les goûts et tous les tons. Un cheese-cake dans la secrète Heure Gourmande, passage Dauphine ; une plongée dans le superbe magasin Vuitton, à l’angle de la rue St Benoît ; un livre acheté sur un coup de tête, à onze heures du soir, à l’Ecume des pages, après quelques verres de Pouilly fumé au Flore ; des jolies étudiantes croisées à la sortie de Penninghen, carton à dessins sous le bras ; des académiciens en habits verts qui filent écrire leur dictionnaire, un jeudi après midi ; une tartine de Poilâne au Chai de l’abbaye ;  des tissus indiens chez Simrane, des artistes improbables chez les galeristes de la rue de Seine, d’innombrables restaurants qui célèbrent les joies d’un Paris toujours en éveil… 

 

Incontournable :

Pour avoir une vue plongeante sur un St Germain des Prés inchangé, il suffit de se poster à la Brasserie Lipp, un déjeuner de semaine. Ici passent la politique, l’édition, le cinéma, les médias, venus se frotter à des banquettes où leurs aînés firent de même, depuis plus d’un siècle. 

 

"Le quartier saint germain est un quartier où les artistes aiment à flaner"


Contacter Caroline Guerrier

Partager ce bien


Quartier : Quartier Saint-Germain des Prés

Comme il fait rêver, ce nom ! Pour beaucoup, il est l’image, l’esprit même de Paris. Paris des artistes, venus étudier dans la majestueuse école des Beaux Arts ; Paris des écrivains, venus trinquer en terrasse du Flore et des Deux Magots ; Paris des fêtards, venus s’enfoncer jadis au Tabou et aujourd’hui au Montana ; Paris des amoureux venus s’embrasser sur la si romantique place Fürstenberg… Au vrai, tous les Paris sont ici, et c’est à qui choisira le sien.

Sur l’ancien enclos de l’arrogante abbaye de St Germain des Prés s’est mise en place une géographie intime, qui n’en finit pas d’émerveiller. De part et d’autre de la belle tranchée du Boulevard Saint Germain se niche une boîte aux trésors. Et l’on ne sait plus où donner de la tête, car tout est beau.

Est-il plus belle vue de Paris que l’Institut de France ouvrant sur le Pont de Arts et le Louvre ?  Est-il plus charmante halte que celle de l’atelier de Delacroix, dans le creux de la Place Fürstenberg ? Est-il rue plus étroite et plus douce que la rue Visconti, ou mourut Racine ? Est-il hôtel plus irrésistible que celui de la rue des Beaux Arts, cher à Wilde et Borges ? Est-il plus beau bâtiment néo-classique que l’intimidante Monnaie de Paris ? Et puis ces quais, inondés de soleil et d’histoire, qui tutoient le Vert Galant et le Louvre depuis les nuit ses temps.

Au vrai, Saint-Germain-des-Prés n’est pas un quartier, c’est un état d’esprit.

 

La vie du quartier :

Il y en a ici pour tous les goûts et tous les tons. Un cheese-cake dans la secrète Heure Gourmande, passage Dauphine ; une plongée dans le superbe magasin Vuitton, à l’angle de la rue St Benoît ; un livre acheté sur un coup de tête, à onze heures du soir, à l’Ecume des pages, après quelques verres de Pouilly fumé au Flore ; des jolies étudiantes croisées à la sortie de Penninghen, carton à dessins sous le bras ; des académiciens en habits verts qui filent écrire leur dictionnaire, un jeudi après midi ; une tartine de Poilâne au Chai de l’abbaye ;  des tissus indiens chez Simrane, des artistes improbables chez les galeristes de la rue de Seine, d’innombrables restaurants qui célèbrent les joies d’un Paris toujours en éveil… 

 

Incontournable :

Pour avoir une vue plongeante sur un St Germain des Prés inchangé, il suffit de se poster à la Brasserie Lipp, un déjeuner de semaine. Ici passent la politique, l’édition, le cinéma, les médias, venus se frotter à des banquettes où leurs aînés firent de même, depuis plus d’un siècle. 

 


Négociateur : Caroline Guerrier

+ 33 (0)1.45.55.79.00

+ 33 (0)6.23.06.31.59

cguerrier@agencevarenne.fr

Vous avez une question sur ce bien ?