Quartier Maubert–Mutualité

Paris 5e

Maubert Mutualité

Si un mot doit désigner Maubert, c’est bien celui de charme. Car tout est charmant, dans ce quartier qu’on croirait issu d’une carte postale, alors qu’il est aussi vivant, remuant, que cette Seine dont il épouse la courbe. Comme ces étudiants qui l’habitent depuis un millénaire, ce quartier qu’on dit « Latin » (car les cours étaient dispensés en cette langue) a conservé une jeunesse presque mutine, malgré son grand âge. Il est à l’image de cet acacia (en fait un Robinier) qui occupe le square Viviani depuis 1602. Planté sous Henri IV, cet arbre vénérable est la preuve que Paris survivra à tout. Tout comme la ravissante église Saint Julien le Pauvre (plus petite et plus ancienne de Paris) dont il jouxte le chevet.

Qu’il est donc doux de l’arpenter, cette « Maube » chère aux poètes et aux amoureux de Paris. Que de jolis fantômes hantent ses rues tortueuses, familiales et familières. Fantôme de la Bièvre, cette petite sœur de la Seine qui traversa un jour Paris, pour se jeter dans le fleuve au pied de Notre Dame. Fantôme de cette Dame à la Licorne, dont la tapisserie fascine les visiteurs du merveilleux Musée de Cluny, construit à la place des anciens Thermes romains.

Au vrai, voici ici le Marais de la rive gauche, avec plus de charme, plus de magie que son cousin d’en face. La croisée des rues Frédéric Sauton, maitre Albert, de la Bûcherie est un enchantement pour les yeux. Elle répond au joyeux chaos du quartier saint Séverin, riche en restaurants de toutes sortes, qui ne dort jamais que d’un œil. Habiter Maubert c’est être un éternel étudiant…  

 

La vie du quartier :

La proximité des universités et grandes écoles donne une joyeuse jeunesse à ces rues vénérables. Hanter la librairie Shakespeare and co, en butinant un jus de carotte ; manger des scones au délicieux Tea Caddy, salon de thé le plus anglais de Paris ; dévorer un canard au sang, avec la saisissante vue sur Paris, dans la légendaire Tour d’argent ; aller dans cette Mecque des sportifs qu’est le Vieux Campeur ; fureter parmi les extravagants animaux empaillés de Claude Nature ; dénicher la bougie la plus enivrante chez Diptyque ; ou bien se faire tirer les tarots à la mystérieuse librairie Leymarie, où l’on vous lit l’avenir depuis le XIXe siècle. Ici, tout est possible !

 

Incontournable :

Dans ce quartier de cinéphiles où abondent encore les salles indépendants (merveilleux Champo et Grand Action) il faut aller un samedi soir à une projection du fameux Rocky horror show, au Studio Galande : le spectacle est dans la salle, car les (vrais) passionnés viennent en tenue et miment le film durant toute la projection. Mythique ! 


Contacter l'agence du 6e