Quartier Porte Dauphine

Paris 16e

Porte Dauphine

Le quartier de la porte Dauphine incarne une certaine idée de l’élégance, presque un art de vivre. Ses superbes immeubles y célèbrent la quintessence du style haussmannien et répondent à cette sublime trouée de verdure qu’est l’avenue Foch. A deux pas de l’Etoile, des Champs, du Bois de Boulogne, voici pourtant une zone calme et sereine, où cohabitent bureaux et résidences. Pour les uns comme les autres, les appartements y sont vastes et lumineux. Cafés et restaurants grouillent de monde, à déjeuner comme le soir. On se presse sur les terrasses de la place de Mexico, de la Place Victor Hugo, ou bien l’on prend un thé dans le merveilleux jardin de l’hôtel St James.

S’installer ici, c’est faire un choix de standing. Elle est impressionnante, la liste de ceux qui décidèrent de poser ici leurs valises : Anatole France vivait Villa Saïd ; Debussy et Pagnol, square de l’avenue Foch ; Piaf et Claudel boulevard Lannes ; Callas avenue Georges Mandel. Et bien sûr Victor Hugo, sur une avenue qui fut bientôt rebaptisée en son nom.

Il y a donc un vrai prestige à vivre ici, à deux pas des enchantements du Bois de Boulogne. Est-il une plus belle balade que descendre l’avenue Foch, s’enfoncer dans le Bois et gagner la magnifique fondation Louis Vuitton, qui réserve des expositions où se presse le monde entier ?

Le quartier de la Porte Dauphine ? Le luxe tranquille et la discrète élégance.

 

La vie du quartier :

Quartier très urbain, il est aussi très végétal. On peut se plonger dans les rayonnages de l’excellente librairie Lamartine, dévorer les bonnes frites de la brasserie Stella, un poisson en terrasse du Flandrin, avant de se perdre dans les jardins de l’avenue Foch (la plus large et arborée de Paris) ou sous les ravissantes frondaisons des avenues Georges Mandel et Henri Martin, qui sont, au printemps, un véritable paradis de verdure et de senteurs…

 

Incontournable :

En souvenir des sources de ce quartier thermal, il faut aller boire un verre de cette eau si fraîche et si douce qui coule de la fontaine du Square Lamartine, car elle plonge dans le puits artésien de Passy.

 


Contacter l'agence du 8e